Des clans et des Tribus
Esquice sociologique de l'École française de Prague

Bien que la rentrée soit déjà loin, je m'en rappelle encore très bien. La grille ne fut pas encore complètement ouverte que tout le monde se précipitait à l'intérieur de l'école. Mais, contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'était pas pour faire cours. La véritable raison de cette impatience qui commençait à être insupportable depuis deux mois, était la possibilité de découvrir les "nouveaux". Il est vrai que tous les professeurs s'étaient déjà réunis la veille pour recevoir les ordres du chef, mais les nouveaux collègues leur furent présentés qu'en tant que "nouveaux collègues susceptibles de bien s'entendre avec tout le monde". Et donc, pour les professeurs comme pour les élèves, la rentrée scolaire représentait une grande occasion pour faire connaissance. Mais il ne faut pas oublier bien sûr les membres de "l'accueil francophone de Prague", qui pouvaient accueillir des nouvelles mamans et augmenter ainsi le nombre de "mamans discuteuses" aux heures "où il faut aller ramener les gosses". Bref, la journée fut un événement unique pour tout le monde, pour les trois clans de l'école: les Professeurs, les Élèves et les Mamans.
Mais ça, c'était la rentrée scolaire, et les temps ont passé. Maintenant le nombre de groupes est nettement supérieur. Au lieu de trois groupes: 'P' (Professeurs), 'E' (Élèves) et 'M' (Mamans), nous en avons maintenant neuf, car chaque clan s'est divisé en trois tribus: 'a', 'b' et 'n', sachant que les 'a' et les 'b' sont toujours les pires ennemis et les 'n' sont toujours neutres. Ce qui nous fait une faune magnifique d'individus répartis dans les tribues: 'Pa', 'Pb', 'Pn', 'Ea', 'Eb', 'En', 'Ma', 'Mb' et 'Mn'. A vrai dire, je ne connais pas la véritable raison de cette diversification, je me suis juste permis d'analyser l'état actuel des choses, tel que je le perçois humblement. Et cet état, vous allez le comprendre, je le trouve fort intéressant.
Comme je l'ai dit, les 'a' s'opposent aux 'b' quel que soit la problématique abordée. On peut prendre l'exemple courant du restaurant. Il y a des élèves 'Ea' qui aiment un certain restaurant et y mange quotidiennement. Bien entendu, les 'Eb' détestent ce restaurant et n'y vont surtout pas manger. Cela crée un grand dilemme pour les 'En' qui ne savent pas avec qui aller manger. Obligés de choisir (ils ont faim), ils se font traiter de 'Ea' ou de 'Eb', s'ils vont manger respectivement avec des 'Eb' ou des 'Ea'. Remarquez que ce problème se retrouve de la même façon chez les professeurs et qu'il n'est en aucun cas adouci par le fait que les professeurs sont des adultes responsables. Voilà donc des conflits internes (qui se passent au sein d'un seul clan). On pourrait encore illustrer ceci par exemple avec l'opposition des professeurs qui fument et ceux qui s'étouffent dans la salle des profs (en tant que non-fumeur, je les comprends tout à fait), et chez les mamans, avec une multitude de supermarchés, de cafés, de Golf-centrums ou de cantines qui peuvent se prêter à la discussion.
Cependant, les problèmes internes ne sont pas les seuls à découler de la diversification. Les trois clans sont sans cesse en communication et s'en suivent des modifications radicales dans la répartition des individus entre les différentes tribus. Une des ces relations entre clans est la critique. Par exemple, à 9h du matin (après le dépôt des enfants) une 'Ma' peut discuter vigoureusement avec une 'Mb' sur le sujet d'un 'P' quelconque. 'Ma' le trouve plutôt sympathique (sa fille excelle en la matière) or 'Mb' ne l'apprécie pas du tout (son fils a redoublé). Une 'Mn' veut participer à l'échange d'opinions, mais échoue car elle ne connaît pas le 'P' en question. Elle demande donc à une autre 'Mn' (pour obtenir des informations objectives), qui se trouve ainsi également impliquée dans le problème. A ce moment là (le hasard trouve toujours son chemin), le P arrive en retard à l'école, et il est étonné des sourires magnifiques que lui font toutes les M présentes. Aussi bien que les 'M' critiquent les 'P', les 'P' peuvent critiquer les 'M' et les 'E'.
Par contre une discussion de 'E' sur les 'P' peut contenir d'autres subtilités. Supposons qu'un 'Ea', à la différence d'un autre 'Ea', s'entend bien avec un certain 'P'. Si, lors d'une conversation, le sujet en vient au 'P', le premier 'Ea' va insulter l'autre de 'Eb'. Par la suite ce "nouveau 'Eb'" quittera la tribu des 'Ea'. Pire serait encore, si au lieu de ce dernier 'Ea', nous ayons un 'En' car celui-ci, qualifié de 'Eb', s'effondrerait psychologiquement puisque son but principal est de s'entendre bien avec tous les 'E'.
Enfin, une dernière possibilité est envisageable dans le cadre des "critiques": celle des mamans au sujet des élèves. Une conversation de ce genre est très typique: Une 'Ma' veut ridiculiser une 'Mb', alors elle raconte devant tout le monde tous les incroyables exploits de son fils doué. 'Mb' réplique avec le génie de sa fille en rajoutant encore un peu de surnaturel. Ce procédé se répète jusqu'à ce que les enfants sortent de l'école, et les mamans se rendant compte de la nullité de leurs enfants, rentrent à la maison en vitesse. Le soir les deux élèves n'ont, bien entendu, pas de dessert. Vous voyez vous-mêmes que la critique entre les différents clans rentre dans une part importante du flux constant entre les différentes tribus.
Mais l'école est une institution qui est très liée à la famille. Il est donc important d'évoquer ce facteur dans l'analyse des relations à l'école. Un exemple pourrait illustrer tout: Un 'Ea' invite son copain (également 'Ea') pour dîner. Or le premier 'Ea' a pour maman une 'Ma' et son copain une 'Mb'. Le début de la soirée se passe bien, mais apprenant la vérité, la maman commence à avoir des remarques désobligeantes au sujet de 'Mb'. L'invité se sent mal, se vexe très vite et devient 'Eb', ce qui met fin à la relation d'amitié qu'il avait avec 'Ea', qui est en train de se disputer avec sa maman. Le lendemain, le problème infecte l'ensemble de la population de l'école, grâce aux mamans discuteuses. On pourrait compliquer l'incident en supposant l'une des mamans également professeur, mais cela dépasserait mes capacités intellectuelles, tellement le conflit serait complexe.
Je crois que ces exemples suffisent pour vous rendre compte que de constants flux modifient la configuration des clans. Ces flux sont d'autant plus importants qu'ils sont parfois inexplicables. La raison existe toujours, mais le plus souvent elle reste cachée, ce qui provoque d'autres problèmes, notamment celui des "accusations d'hypocrisie". Cette raison peut être politique, idéologique, illogique, et tout ce que vous voulez. Il arrive même qu'un 'a' devient 'b', car il supporte le même club de foot (peu courant chez les mamans). Mais comme je le disais, je n'ai pas la place ni la capacité de vous exposer l'ensemble des relations. Notons, en guise de conclusion, que certains individus, bien que rares, arrivent à rester neutres dans cette affaire, soit par leur fonction: le directeur ou le réparateur de la photocopieuse; soit en ignorant complètement le problème: Les papas, que l'on imagine très bien en train de lire un journal allongé dans le salon ignorant les exclamations de leurs femmes au téléphone au sujet d'un 'P', 'E' ou une autre 'M'. Il est cependant également vrai que l'inconvénient de ces derniers se révèle quand ils vont, occasionnellement, chercher les enfants, et qu'ils ont l'impression de se trouver dans un asile de fous.
Oui, cette vision de l'école vous paraîtra peut-être un peu étrange, mais il a été très difficile de se placer dans le rôle d'un 'Nn'.

Articles zdarmanet.net